Accueil Avocat et juriste Quels sont les recours contre un avocat défaillant ?

Quels sont les recours contre un avocat défaillant ?

Par Constance Truchron

Les avocats ont l’obligation de respecter un certain nombre de règles éthiques et de déontologie. En cas de manquement à ces règles, il est possible de saisir le Conseil de l’ordre des avocats. Toutefois, il est important de savoir que le Conseil de l’ordre n’est pas une juridiction et ne peut donc pas rendre de décision contraignante.

Qu’est-ce qu’un avocat défaillant ?

Un avocat défaillant est un avocat qui ne respecte pas les règles éthiques de sa profession. Il peut s’agir d’un avocat qui a commis des actes répréhensibles, a manqué à ses obligations professionnelles, ou a tout simplement été négligent dans l’exercice de sa profession.

Il existe plusieurs recours possibles contre un avocat défaillant. Le plus courant est la plainte auprès du Conseil de l’Ordre des avocats. Le Conseil de l’Ordre est l’organisme professionnel chargé de veiller au respect des règles éthiques par les avocats. Si le Conseil estime qu’un avocat a manqué à ses obligations, il peut prononcer diverses sanctions, allant de la simple admonestation à l’exclusion de l’avocat de l’Ordre.

Une autre possibilité est de porter plainte contre l’avocat auprès du Tribunal des conflits d’intérêts. Le Tribunal des conflits d’intérêts est compétent pour juger les plaintes concernant des actes répréhensibles commis par des avocats dans l’exercice de leur profession. Les sanctions prononcées par le Tribunal peuvent aller jusqu’à la radiation de l’avocat du Barreau.

Enfin, il est possible de porter plainte contre l’avocat auprès du Bureau de déontologie juridique. Le Bureau de déontologie juridique est compétent pour juger les plaintes concernant des actes répréhensibles commis par des avocats dans l’exercice de leur profession. Les sanctions prononcées par le Bureau peuvent aller jusqu’à la radiation de l’avocat du Barreau.

Pourquoi un avocat défaillant ?

Les avocats sont tenus de respecter les règles éthiques de leur profession et de fournir des services professionnels de qualité. Toutefois, il arrive parfois que les avocats ne soient pas à la hauteur de leurs obligations. Si vous avez des plaintes à l’encontre d’un avocat, vous pouvez contacter le Barreau du Québec. Le Barreau du Québec est l’organisme qui gère la profession d’avocat au Québec. Il a pour mission de protéger le public et de maintenir les standards professionnels.

Si vous avez des plaintes à l’encontre d’un avocat, vous pouvez contacter le service des plaintes du Barreau. Le service des plaintes du Barreau est chargé de traiter les plaintes concernant les avocats et les notaires. Il peut notamment ordonner une enquête, imposer des sanctions et, dans certains cas, déférer l’affaire à la Cour d’appel.

Pour pouvoir ouvrir une enquête, le service des plaintes doit recevoir une plainte écrite et signée qui contient les faits allégués et les motifs de la plainte. La plainte doit également être accompagnée de tous les documents pertinents. Une fois que la plainte est reçue, le service des plaintes du Barreau du Québec décidera si une enquête est nécessaire.

Si une enquête est ouverte, elle sera menée par un commissaire nommé par le conseil d’administration du Barreau. Le commissaire enquêtera sur les faits allégués et rendra son rapport au conseil d’administration. Le conseil d’administration du Barreau du Québec décidera ensuite si des sanctions sont appropriées ou si l’affaire doit être déférée à la Cour d’appel.

Les sanctions que le conseil d’administration peut imposer à un avocat défaillant comprennent la mise en probation, la radiation temporaire du tableau du Barreau, la radiation du tableau du Barreau et l’interdiction temporaire ou permanente de pratiquer la profession d’avocat. Dans certains cas, le conseil d’administration peut décider de ne pas imposer de sanction.

Si vous n’êtes pas satisfait de la décision du conseil d’administration, vous pouvez faire appel à la Commission des relations professionnelles. La Commission des relations professionnelles est un organisme indépendant chargé de veiller à ce que les relations entre les avocats et le public soient justes et équitables.

La Commission des relations professionnelles peut notamment ordonner une enquête, imposer des sanctions et, dans certains cas, déférer l’affaire à la Cour d’appel. Pour pouvoir ouvrir une enquête, la Commission doit recevoir une plainte écrite et signée qui contient les faits allégués et les motifs de la plainte. La plainte doit également être accompagnée de tous les documents pertinents.

recours avocat

Comment porter plainte contre un avocat défaillant ?

Les avocats sont tenus de respecter un certain nombre de règles éthiques et de déontologie. En cas de manquement à ces règles, il est possible de porter plainte contre l’avocat. La plainte peut être déposée auprès du barreau, de l’Ordre des avocats ou du Conseil de l’Ordre.

Le barreau est l’organisation professionnelle des avocats. Il a pour mission de défendre les intérêts des avocats et de veiller au bon fonctionnement de la profession. Le barreau peut sanctionner les avocats en cas de manquement à la déontologie.

L’Ordre des avocats est l’organisation qui gère la profession d’avocat. Il a pour mission de défendre les intérêts des avocats et de veiller au bon exercice de la profession. L’Ordre des avocats peut sanctionner les avocats en cas de manquement à la déontologie.

Le Conseil de l’Ordre est l’organe disciplinaire de l’Ordre des avocats. Il est chargé d’instruire les plaintes contre les avocats et de prononcer les sanctions éventuelles.

Pour porter plainte contre un avocat, il faut d’abord contacter le barreau, l’Ordre des avocats ou le Conseil de l’Ordre dont il dépend. Il est possible de le faire par courrier ou en personne. La plainte doit être motivée et doit indiquer les faits reprochés à l’avocat.

La plainte sera ensuite examinée par le barreau, l’Ordre des avocats ou le Conseil de l’Ordre. Si la plainte est recevable, elle sera instruite par un rapporteur. Le rapporteur peut demander des explications à l’avocat concerné et/ou entendre les témoins.

Le rapporteur rend ensuite son rapport au barreau, à l’Ordre des avocats ou au Conseil de l’Ordre. Ce rapport sera examiné par une commission disciplinaire qui décidera si une sanction doit être prononcée contre l’avocat concerné. Les sanctions peuvent aller du simple avertissement à la radiation du barreau.

Quelles sont les sanctions contre un avocat défaillant ?

Les sanctions contre un avocat défaillant sont nombreuses et variées. Elles peuvent aller de simples avertissements à des mesures plus sévères telles que la suspension ou l’annulation de licence. Les sanctions les plus courantes sont les suivantes :

  • Avertissement : il s’agit d’une sanction officielle et publique prononcée par l’ordre des avocats. L’avertissement est notifié à l’avocat concerné par courrier recommandé avec avis de réception. Il est également publié au Bulletin officiel de l’ordre des avocats.
  • Blâme : il s’agit d’une sanction officielle et publique prononcée par l’ordre des avocats. Le blâme est notifié à l’avocat concerné par courrier recommandé avec avis de réception. Elle est également publiée au Bulletin officiel de l’ordre des avocats.
  • Suspension de licence : il s’agit d’une mesure temporaire prononcée par l’ordre des avocats. La suspension de licence peut aller de quelques jours à plusieurs mois, voire plusieurs années. Elle est notifiée à l’avocat concerné par courrier recommandé avec avis de réception.
  • Radiation du tableau : il s’agit d’une mesure permanente prononcée par l’ordre des avocats. La radiation du tableau est notifiée à l’avocat concerné par courrier recommandé avec avis de réception.

Les recours possibles contre un avocat défaillant

Le Code de déontologie des avocats prévoit un certain nombre de recours possibles contre un avocat défaillant. Ces recours ont pour but de sanctionner les manquements graves à la déontologie et de protéger les justiciables.

Les premiers recours sont les procédures internes à l’Ordre des avocats. Elles peuvent aboutir à des sanctions disciplinaires, allant de la simple admonestation à l’exclusion temporaire ou définitive de l’Ordre. Ces procédures sont instruites par le Conseil de l’Ordre et peuvent être initiées par le bâtonnier, suite à une plainte d’un justiciable ou d’un autre avocat, ou à la suite d’une enquête de police ou de gendarmerie.

En cas de faute grave, le bâtonnier peut également saisir le Conseil national des barreaux (CNB), qui peut prononcer une suspension de l’exercice de la profession d’avocat jusqu’à cinq ans. Cette procédure est instruite par le bureau du CNB, puis soumise au vote du Conseil, composé des représentants des différents barreaux de France.

En cas de manquements particulièrement graves, il est également possible de porter plainte contre l’avocat auprès du Parquet, qui peut alors engager une procédure pénale. Les infractions pénales les plus fréquemment reprochées aux avocats sont la concussion (art. 432-9 du code pénal), l’abus de confiance (art. 313-1 du code pénal) et le faux et usage de faux (art. 441-1 du code pénal). Les peines encourues varient selon l’infraction commise, mais peuvent aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

Enfin, il est possible de saisir le tribunal judiciaire pour faire constater les manquements de l’avocat et obtenir réparation du préjudice subi. Le tribunal judiciaire est compétent pour connaître tous les litiges opposant un avocat à son client, quelle que soit la nature du litige. La juridiction peut notamment prononcer la condamnation de l’avocat à indemniser son client pour les préjudices subis, à titre principal ou accessoire.

Il existe plusieurs recours possibles lorsque vous estimez que votre avocat ne vous a pas suffisamment représenté ou qu’il a manqué à ses obligations. Vous pouvez d’abord essayer de le contacter et de lui exposer vos griefs, mais si cela s’avère infructueux, vous pouvez déposer une plainte auprès de l’Ordre des avocats, du Conseil de l’Ordre ou du barreau dont il dépend. Ces organismes pourront alors sanctionner l’avocat en question.

FAQ : en résumé

Question : Que faire en cas de litige avec son avocat ?

Réponse : Il est possible de saisir le bâtonnier de l’ordre des avocats auquel l’avocat est rattaché. Le bâtonnier peut alors décider d’engager une procédure disciplinaire à son encontre.

Question : L’avocat peut-il être radié de l’ordre des avocats ?

Réponse : En cas de manquement grave aux règles de déontologie, l’avocat peut être radié de l’ordre des avocats. Cela signifie qu’il ne pourra plus exercer sa profession.

Question : Quels sont les recours possibles en cas de désaccord avec son avocat ?

Réponse : Il est possible de saisir le bâtonnier de l’ordre des avocats auquel l’avocat est rattaché ou de saisir le Conseil national des barreaux.

Question : Que se passe-t-il si l’avocat est décédé ?

Réponse : Si l’avocat est décédé, il est possible de saisir la caisse de garantie des avocats afin d’obtenir une indemnisation.

Question : L’avocat peut-il être suspendu de ses fonctions ?

Réponse : En cas de manquement grave aux règles de déontologie, l’avocat peut être suspendu de ses fonctions. Cela signifie qu’il ne pourra plus exercer sa profession pendant une certaine période.

Vous aimerez aussi lire :

Laissez un commentaire