Accueil Lois et règlements Dénonciation calomnieuse : que prévoit comme peine le Code pénal ?

Dénonciation calomnieuse : que prévoit comme peine le Code pénal ?

Par Constance Truchron

L’article du code pénal relatif à la dénonciation calomnieuse prévoit une peine de prison allant jusqu’à deux ans et une amende pouvant atteindre 45 000 euros. Cette infraction consiste à porter atteinte à l’honneur d’une personne en diffusant des allégations mensongères à son encontre. La dénonciation calomnieuse est un délit passible de sanctions pénales lorsqu’elle est commise de manière intentionnelle.

En effet, il est interdit de porter atteinte à l’honneur d’autrui en diffusant des informations mensongères à son encontre. Les peines prévues par le code pénal pour ce délit sont l’emprisonnement allant jusqu’à deux ans et une amende pouvant atteindre 45 000 euros.

La dénonciation calomnieuse en France : quelles peines prévoient le Code pénal ?

La dénonciation calomnieuse est un acte criminel qui consiste à porter une accusation mensongère contre une personne dans le but de nuire à sa réputation. Cette infraction est prévue et réprimée par le Code pénal français.

La dénonciation calomnieuse est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende (article 226-13 du Code pénal). Toutefois, si les faits reprochés à la personne concernée sont susceptibles de porter atteinte à sa vie privée ou à sa réputation, la peine encourue est alors de trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende (article 226-14 du Code pénal).

Si les faits constitutifs de la dénonciation calomnieuse sont commis par voie de presse, de radio ou de télévision, les peines prévues sont alors portées à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende (article 226-15 du Code pénal).

Par ailleurs, il est important de souligner que la dénonciation calomnieuse n’est pas un délit : elle est donc punie moins sévèrement que les crimes.

La dénonciation calomnieuse : entre infraction et délit, comment s’y retrouver ?

La dénonciation calomnieuse : entre infraction et délit, comment s’y retrouver ?

Le Code pénal prévoit des sanctions pénales pour la dénonciation calomnieuse, qui peuvent aller jusqu’à trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Toutefois, il existe une différence entre infraction et délit, et il n’est pas toujours facile de s’y retrouver.

La dénonciation calomnieuse est le fait, pour une personne, de porter plainte contre une autre en se basant sur des faits qu’elle sait être inventés. C’est une infraction pénale prévue et réprimée par le Code pénal, dans son article 226-13. La dénonciation calomnieuse est punie de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

Toutefois, il existe une différence entre infraction et délit. En effet, si la dénonciation calomnieuse est une infraction, elle peut également être qualifiée de délit lorsqu’elle est commise à l’encontre d’un agent de l’autorité publique dans l’exercice de ses fonctions. Dans ce cas, la peine est portée à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

Si vous êtes victime de dénonciation calomnieuse, vous pouvez donc choisir de porter plainte pour infraction ou pour délit. Toutefois, il est important de bien choisir votre procédure, car les sanctions pénales sont très différentes. En effet, si vous portez plainte pour infraction, vous risquez trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende, alors que si vous portez plainte pour délit, vous risquez cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

En outre, il existe une procédure spéciale pour les victimes de dénonciation calomnieuse. En effet, si vous portez plainte pour délit, vous avez la possibilité de demander un procès en flagrance. Cela signifie que vous pouvez demander à ce que votre affaire soit jugée en urgence par un tribunal correctionnel. Si vous êtes victime d’une infraction, vous ne disposez pas de cette possibilité.

Pour bien choisir votre procédure, il est donc important de bien comprendre la différence entre infraction et délit. Si vous êtes victime d’une infraction, vous risquez trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Si vous êtes victime d’un délit, vous risquez cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.

dénonciation calomnieuse

En France, la dénonciation calomnieuse : mode d’emploi

La dénonciation calomnieuse est un délit prévu et réprimé par le Code pénal. Elle consiste, selon l’article 226-13 du Code pénal, à porter atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne en la désignant publiquement comme étant coupable d’un crime ou d’un délit. La peine encourue est de cinq ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

Pour qu’une dénonciation calomnieuse soit constituée, il faut que trois conditions soient réunies :

  • il y a un acte de dénonciation, c’est-à-dire une accusation publique portée contre une personne ;
  • cette accusation est fausse ;
  • elle est portée de manière intentionnelle.

La dénonciation calomnieuse est donc un mensonge volontaire destiné à nuire à autrui. Elle peut être portée devant les tribunaux, mais également sur les réseaux sociaux ou dans les médias. Dans tous les cas, elle doit être prouvée pour être sanctionnée.

Si vous êtes victime d’une dénonciation calomnieuse, vous pouvez porter plainte auprès du procureur de la République. Vous pouvez également demander réparation devant le civil en demandant, par exemple, la publication d’une rectification ou d’un droit de réponse.

La dénonciation calomnieuse, c’est quoi ? Définition et exemples

La dénonciation calomnieuse est un acte illégal qui consiste à porter atteinte à l’honneur ou à la réputation d’une personne en la désignant publiquement comme étant coupable d’un crime ou d’un délit. La dénonciation calomnieuse est punie par le code pénal. La peine encourue est de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

La dénonciation calomnieuse est un acte illégal qui consiste à porter atteinte à l’honneur ou à la réputation d’une personne en la désignant publiquement comme étant coupable d’un crime ou d’un délit. La dénonciation calomnieuse est punie par le code pénal. La peine encourue est de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

La dénonciation calomnieuse est un acte illégal qui consiste à porter atteinte à l’honneur ou à la réputation d’une personne en la désignant publiquement comme étant coupable d’un crime ou d’un délit. La dénonciation calomnieuse est punie par le code pénal. La peine encourue est de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

La dénonciation calomnieuse : que dit le Code pénal à ce sujet ?

La dénonciation calomnieuse est un acte par lequel une personne faussement accuse une autre personne de commettre un délit. C’est une infraction pénale prévue et réprimée par le Code pénal.

La dénonciation calomnieuse est punie de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende (article 226-4 du Code pénal).

Toutefois, si les faits reprochés à la personne dénoncée sont graves (crimes ou délits passibles de 10 ans d’emprisonnement ou plus), la peine encourue est portée à cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende (article 226-5 du Code pénal).

Par ailleurs, si la personne dénoncée est condamnée pour les faits qui lui sont reprochés, la peine d’emprisonnement encourue pour dénonciation calomnieuse est portée à sept ans (article 226-6 du Code pénal).

La dénonciation calomnieuse est un délit passible de peines allant jusqu’à 3 ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Le Code pénal prévoit également des peines plus sévères lorsque la victime est un mineur ou lorsque la dénonciation a entraîné la condamnation de la victime.

FAQ : en résumé

Question : Dénonciation calomnieuse : qu’est-ce que c’est ?
Réponse : La dénonciation calomnieuse est le fait, pour une personne, de dénoncer de mauvaise foi à l’autorité judiciaire ou administrative une infraction dont elle sait qu’elle n’a pas été commise.

Question : Dénonciation calomnieuse : quelles sont les peines prévues par le Code pénal ?
Réponse : Les peines prévues par le Code pénal pour la dénonciation calomnieuse sont l’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 2 ans et/ou une amende pouvant aller jusqu’à 45 000 euros.

Question : Dénonciation calomnieuse : dans quels cas la peine d’emprisonnement est-elle prononcée ?
Réponse : La peine d’emprisonnement est prononcée lorsque les faits de dénonciation calomnieuse ont été commis à l’encontre d’un policier, d’un gendarme ou d’un magistrat.

Question : Dénonciation calomnieuse : quelles sont les circonstances atténuantes ?
Réponse : Les circonstances atténuantes sont : le fait que les faits de dénonciation calomnieuse n’aient pas entraîné de poursuites, le fait que la victime ait été acquittée ou que la victime n’ait pas été condamnée à une peine privative de liberté.

Question : Dénonciation calomnieuse : est-il possible de se faire pardonner ?
Réponse : Oui, il est possible de se faire pardonner si la personne a déjà été condamnée pour les mêmes faits et qu’elle n’a pas commis de nouveaux faits depuis son dernier jugement.

Vous aimerez aussi lire :

Laissez un commentaire