Accueil Éditions et documents juridiques Comment arrêter une procédure d’expulsion suite à un commandement de quitter les lieux ?

Comment arrêter une procédure d’expulsion suite à un commandement de quitter les lieux ?

Par Constance Truchron

Si vous êtes en situation d’expulsion et recevez un commandement de quitter les lieux, il existe des procédures que vous pouvez suivre pour tenter d’arrêter cette expulsion. Ces procédures peuvent être longues et complexes, mais elles peuvent vous permettre de rester dans votre logement jusqu’à ce que vous puissiez trouver un nouveau logement.

La loi sur les expulsions locatives en France

La loi sur les expulsions locatives en France est une loi qui définit les conditions dans lesquelles les locataires peuvent être expulsés de leur logement. Cette loi s’applique aux baux signés après le 1er janvier 1989. Les locataires peuvent être expulsés pour non-paiement du loyer, non-respect des conditions du bail ou pour cause d’insalubrité du logement. La procédure d’expulsion commence par la réception d’un commandement de quitter les lieux (CQL) par le locataire. Le CQL doit être signifié par huissier de justice et doit indiquer la date à laquelle le locataire doit quitter les lieux. Si le locataire ne quitte pas les lieux à la date indiquée dans le CQL, l’huissier de justice peut demander au juge d’ordonner une expulsion forcée. Le juge peut décider que l’expulsion forcée ne peut avoir lieu que si le locataire est en mesure de se reloger dans un logement convenable. Si le locataire ne peut pas se reloger, le juge peut ordonner une suspension de l’expulsion jusqu’à ce que le logement soit devenu disponible.

Les raisons qui peuvent conduire à une expulsion locative

En France, les expulsions locatives sont régies par le code civil et le code de procédure civile. En vertu de ces codes, les propriétaires peuvent expulser les locataires pour diverses raisons, notamment le non-paiement du loyer, les nuisances sonores ou encore les dommages causés à l’immeuble.

Toutefois, il est possible d’arrêter une procédure d’expulsion en se rendant au tribunal d’instance et en demandant au juge de suspendre ou d’annuler l’expulsion. Pour cela, il faut prouver que les motifs invoqués par le propriétaire ne sont pas suffisants ou que l’expulsion est disproportionnée.

Par exemple, si le locataire a un handicap, que la famille compte un nombre important d’enfants ou que le logement est le seul abri disponible à proximité de son lieu de travail, le juge peut annuler l’expulsion.

Il est également possible de demander au juge de surseoir à l’expulsion en cas de force majeure, comme un incendie ou une inondation. Dans ce cas, le locataire doit quitter les lieux dans les plus brefs délais et trouver un autre logement.

Enfin, il est possible de demander au juge de surseoir à l’expulsion si le logement est situé dans une zone où il est difficile de trouver un autre logement. Dans ce cas, le locataire doit fournir des justificatifs tels que des devis pour la recherche d’un nouveau logement ou des attestations d’hébergement.

arrêt procédure

Les moyens de contester une expulsion locative

Il existe plusieurs moyens de contester une expulsion locative. Si vous êtes en situation irrégulière, vous pouvez déposer une demande d’asile auprès de la Commission de recours des réfugiés. Si vous êtes en situation régulière, vous pouvez contester l’expulsion devant le tribunal administratif. Vous pouvez également saisir le médiateur de la République.

La procédure d’expulsion locative en France

La procédure d’expulsion locative en France est encadrée par la loi et ne peut être effectuée que par les huissiers de justice. Elle est généralement déclenchée suite à un commandement de quitter les lieux (CQL) notifié par l’huissier de justice au locataire. Si le locataire ne quitte pas les lieux à l’expiration du délai indiqué dans le CQL, l’huissier de justice peut saisir le juge des référés afin d’obtenir une ordonnance d’expulsion. La procédure d’expulsion est ensuite exécutée par les agents de la police ou de la gendarmerie, qui viennent accompagnés d’un huissier de justice pour s’assurer que le locataire a bien quitté les lieux.

Il est possible de faire cesser une procédure d’expulsion en France, mais cela n’est possible que si certaines conditions sont remplies. Tout d’abord, il faut que le locataire ait un motif légitime et suffisant, tel qu’un handicap ou des difficultés financières, qui l’empêchent de quitter les lieux. Ensuite, il faut que le locataire ait été réellement mis en demeure de quitter les lieux par l’huissier de justice et qu’il n’ait pas quitté les lieux à l’expiration du délai indiqué dans le CQL. Enfin, il faut que le locataire fasse la demande auprès du juge des référés avant que l’ordonnance d’expulsion ne soit prononcée.

Si vous êtes dans une procédure d’expulsion et que vous remplissez toutes les conditions mentionnées ci-dessus, vous pouvez faire cesser la procédure en demandant au juge des référés de surseoir à l’ordonnance d’expulsion. Vous avez alors un délai de 3 mois pour trouver un nouveau logement et quitter les lieux. Si vous ne trouvez pas un nouveau logement dans ce délai, la procédure d’expulsion sera reprise et vous serez expulsé(e) sans possibilité de faire cesser la procédure.

Les conséquences d’une expulsion locative

Les expulsions locatives sont des situations très difficiles, tant pour les locataires que pour les propriétaires. Les conséquences d’une expulsion peuvent être nombreuses et souvent graves. Voici quelques conseils pour arrêter une expulsion locative en cours.

Tout d’abord, il est important de savoir que les expulsions locatives sont réglementées par la loi. Il existe de nombreuses règles et procédures à suivre, que ce soit pour le propriétaire ou le locataire. Si vous êtes locataire et que vous recevez un commandement de quitter les lieux, vous avez le droit de faire appel à un avocat. Vous avez également le droit de demander à la cour de suspendre l’expulsion jusqu’à ce que vous ayez eu le temps de défendre votre cas.

Si vous êtes propriétaire et que vous souhaitez expulser un locataire, vous devez respecter certaines procédures. Tout d’abord, vous devez envoyer au locataire une lettre recommandée avec accusé de réception lui notifiant votre intention d’expulser. Vous devez ensuite attendre un délai de 2 mois avant de pouvoir déposer une demande d’expulsion auprès du tribunal d’instance compétent. Le tribunal statue alors en fonction des arguments des deux parties et peut ordonner ou non l’expulsion du locataire.

Dans tous les cas, il est important de se renseigner auprès d’un avocat ou d’un organisme spécialisé avant de prendre une décision.

Il n’est pas toujours facile de savoir comment arrêter une procédure d’expulsion, surtout si vous êtes confronté à un commandement de quitter les lieux. Cependant, en suivant quelques conseils simples, vous pourrez peut-être mettre fin à la procédure d’expulsion et rester dans votre logement. Si vous êtes confronté à une situation d’expulsion, il est important de vous renseigner sur vos droits et de contacter un avocat spécialisé dans ce domaine pour vous aider à gérer votre situation.

FAQ : en résumé

Question : Comment puis-je arrêter une procédure d’expulsion suite à un commandement de quitter les lieux ?

Réponse : Vous pouvez déposer une demande auprès du tribunal de district compétent pour que la procédure soit arrêtée.

Vous aimerez aussi lire :

Laissez un commentaire