Catégories
Création d'entreprise du droit

Comment les big datas ont transformé l’industrie juridique

Dans l’article actuel, nous verrons comment la tempête de la technologie a influencé l’une des industries les plus manuelles et old school de tous les temps- L’industrie juridique. Nous verrons comment le big data a aidé l’industrie juridique dans quelques aspects.

Il n’y a guère d’entreprise qui délivre un plus grand nombre de données que l’industrie juridique, et la mesure de l’information créée chaque année ne cesse de s’accroître.

Voici comment le big data transforme l’industrie juridique

Les taux de réception de l’innovation ont été plus lents dans le domaine juridique que dans certaines entreprises différentes, alors que de plus en plus de jeunes de vingt à trente ans entrent dans la profession juridique, ils emportent avec eux leur adroitesse mécanique, ce qui change progressivement toute la scène. Le PDG d’une organisation qui fournit des services d’interprétation dans les domaines de l’application de la loi, du droit, de l’enseignement, de l’économie et de l’interprétation générale, déclare : «J’ai constaté ce changement de première main. Les données qui seraient accessibles aident le domaine juridique de manières qui étaient juste impraticables auparavant.

Les big data dans la refonte du secteur juridique

Les cabinets d’avocats étant centrés sur la façon dont ils peuvent défendre les privilèges de leur client, ils gèrent fréquemment des affaires autour du risque pour la vie. La cartographie des comportements criminels peut les aider à connaître la probabilité, pour un criminel qui a été déchargé des soins juridiques, d’être associé à des exercices illicites. Lorsque les administrations judiciaires conservent le dossier d’un criminel, elles détiennent des informations sur le nombre considérable d’infractions qu’il a commises. Grâce à ces informations, les cabinets d’avocats peuvent établir, sous le regard attentif du tribunal, la probabilité qu’un individu soit impliqué dans d’autres activités criminelles et qu’il représente un danger pour le grand public. L’examen du big data aide à prévoir de manière productive de telles occasions en cartographiant les données antérieures du criminel. Hormis le fait d’aider les experts en matière d’obligation légale à suivre les actes répréhensibles, l’examen des big data peut de même les aider à esquisser la probabilité d’une foule ou de tout mouvement illégal dans une partie spécifique de la nation.

Le big data pour accélérer les procédures

Les cabinets juridiques stockent des données en plénitude ; on observe fréquemment qu’elles sont sur papier. Cette conception de stockage handicape les procédures ainsi que fréquemment se désintègre à un tel degré, au point que lorsque la date d’une procédure arrive, les dossiers légitimes sont rendus ambigus pour les maîtres de loi. Cette désintégration des rapports contribue à allonger le délai de traitement d’une affaire. À l’heure actuelle, le stockage des données est passé au stade électronique ; l’examen des big data peut également s’avérer utile dans ce domaine. Avec l’examen du big data, la séparation des données importantes au moment de la procédure s’avère extraordinairement agréable pour les autorités.

Big Data pour améliorer les performances

L’enquête sur les big data peut de même aider les cabinets d’avocats à suivre leurs rivaux et à facturer de la même manière pour une affaire. En utilisant l’investigation big data, les cabinets d’avocats obtiennent des expériences notables pour finaliser les honoraires d’un client, compte tenu de la gravité d’une circonstance. L’enquête sur les données massives n’aide pas seulement les organisations, elle permet également aux clients d’examiner les tarifs demandés par les cabinets d’avocats. L’enquête sur les big data permet d’obtenir des éléments d’information sur la manière dont un cabinet d’avocats peut améliorer son efficacité en modifiant ses méthodologies. Les données étant indispensables aux cabinets juridiques, les experts doivent s’assurer qu’ils peuvent tirer le meilleur parti de ce qu’ils ont sous les yeux. Les services juridiques internes en profitent de différentes manières. Grâce à l’examen des big data, ils peuvent disposer d’éléments de connaissance instinctifs qui, à long terme, renforcent leurs capacités fondamentales de direction. Pour que les organisations obtiennent des éléments de connaissance remarquables, les spécialistes peuvent se procurer des travailleurs de la fondation Big Data. En dehors de l’embauche, les experts peuvent également élaborer des plans de préparation des représentants à l’utilisation de cette innovation et à l’acquisition de connaissances.

utiliser le big data

Analyse comportementale des juges

LexisNexis, l’une des associations qui régissent l’enquête juridique axée sur l’information en Amérique a officiellement baissé d’un cran. Ils offrent des administrations comme un index web mais ont beaucoup d’examens pertinents comme leur base de données. Ravel Law est une autre entreprise , créée par deux conseillers juridiques qui souhaitent collaborer dans le domaine du droit et du développement. L’une de leurs fonctionnalités, appelée Judge Analytics, permet à un conseiller juridique de vérifier si un juge est perspicace vis-à-vis de ses conflits en séparant ses choix passés. Il s’agit d’un progrès sensible dans le domaine du droit. L’apprentissage automatique et le développement peuvent vous faire gagner une si large mesure de votre temps.

Gestion des documents

Une startup contrôlée par l’association de gestion de documents iManage fait confiance qu’habituellement, cela aurait contenu des conseillers juridiques autoproclamés pour examiner les rapports potentiels LPP (avantage capable légal) indépendamment, ce qui est un processus large et coûteux. L’entreprise a mis son système d’apprentissage automatique au service du traitement des rapports. Il a orchestré plus de 600 000 dossiers par jour, ce qui, est à différentes occasions plus rapide qu’un conseiller juridique habituel

Organiser les enregistrements

Les données faites à travers les procédures légales sont actuellement numérisées et coordonnées avec une autre technique. Elle peut rendre les occupations des avocats logiquement claires. Une start-up de technologie juridique qui a levé plus de 25 millions d’euros auprès de spécialistes financiers de la Silicon Valley, applique l’IA à des rapports juridiques notables pour permettre aux conseillers juridiques d’organiser et d’examiner les dossiers. Elle utilise la conception de PC pour représenter les données des rapports et envisager les cas les plus remarquables à examiner par les avocats. Pour qu’une telle structure puisse explorer les affaires judiciaires et prévoir des choix, elle a besoin d’informations. Dans tous les cas, il doit s’agir du bon type d’informations. Elles doivent être facilement examinées et comprises par les machines. Une écriture chaotique peut être difficile à interpréter, mais des cases à cocher claires sur les structures sont presque plus simples à comprendre pour la programmation. Si le big data est lisible par les machines, les structures d’IA peuvent faire gagner du temps et de l’argent aux entreprises du secteur juridique.

Mots de la fin

Le big data aide le secteur juridique de diverses manières. Il y a encore beaucoup de marge de manœuvre et beaucoup de choses à faire. Cependant, la collaboration jusqu’à présent s’est avérée très profitable pour les experts du droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *